Art De La Guerre V4

ADLG Version 4.0

Règle de jeu avec figurines - Antiquité et Moyen âge - Hervé Caille

  • ADLG V4 : Nouvelle version disponible Commander ici

    KOUCHANS (135 AV JC - 477 AP JC)

    L'Antiquité - Période Romaine / Steppes

    La Bactriane et la Sogdiane (l'Afghanistan et le Tadjikistan d'aujourd'hui), furent la scène, au deuxième siècle avant Jésus-Christ, d'une invasion de peuples indo-européens appelés Yue-Tche par les chinois.

    Les Yue-Tche seraient originaires du Kan-Sou ou Turkestan chinois, entre le Tarim, à l'ouest, et le Fleuve Jaune, à l'est. Les Yue-Tche vivaient entre les Hiong-Nou, au nord, les Tibétains (ou Kiang), au sud-ouest, et les chinois au sud-est. L'empereur chinois ayant achevé, en 215, la grande muraille, les Hiong-Nou commencèrent leur expansion en attaquant les Yue-Tche.

    Entre 177 et 170 avant Jésus-Christ, les Yue-Tche subissent une importante défaite face aux Hiong-Nou qui tuèrent leur roi. Forcés d'abandonner la région du Kan-Sou, les Yue-Tche s'enfuient alors vers l'occident et se séparent en deux branches : les « Petits Yue-Tche » et les « Grands Yue-Tche ». Les Petits Yue-Tche, branche la moins importante, émigrent alors chez les Kiang ou Tibétains de l'ouest. Les Grands Yue-Tche, les plus nombreux, fuient vers l'ouest, à travers le Tourfan et le bassin du Tarim, oasis alors occupées par des peuples indo-européens, peut-être eux-aussi Tokhares. Ces peuples, que les Yue-Tche entraîneront vers 175-170 (?), parlaient le Tokharien. Les Tokhares (devenus ensuite les Kouchans) auraient alors été la tribu la plus importante des cinq tribus principales qui constituaient les Yue-Tche.

    Les Yue-Tche cherchèrent à s'installer dans la haute vallée de l'Ili et le bassin de l'Issyk-koul mais auraient été repoussés par une autre peuplade indo-européenne, les Wou-Souen, probablement des Alains, qui occupaient cette région. Descendant la vallée de l'Iarxate (le Syr-Darya) à travers le Ferghana, le flux grossissant de cavaliers nomades déferla sur la Sogdiane, la Transoxiane puis la Bactriane vers 160-130 avant Jésus-Christ, pour s'arrêter sur les rives de l'Amou-Darya. Cette région était alors occupée par des Scythes (Sakas en iranien ou çàka en indien). La Bactriane leur avait été abandonnée par les Greco-bactriens vers 140. Strabon nous dit que la Bactriane fut envahie par des tribus nomades dont les plus connues étaient les Asioi, Pasianoi, Tokharoi et Sakaraulai.

    Selon les chinois, les Yue-Tche occupaient la Sogdiane en 128 avant Jésus-Christ et seraient à cette époque souverain de la Bactriane sans l'occuper. Ils auraient en fait passé l'Oxus peu après cette date pour en chasser les Sakas ou peut-être les Grecs qui y seraient encore installés.

    Les Yue-Tche repoussèrent à leur tour une partie des Sakas vers la Drangiane et l'Arachosie. L'empire Parthe de Phraate II chancela sous les coups portés par les Sakas en 128 ou 127 avant notre ère. Phraate II trouva d'ailleurs la mort dans ce combat. Selon Trogue Pompée, son successeur, Artaban II périra pour sa part en combattant les Tokhares en 124 ou 123. Bientôt suivis par les Yue-Tche, les Sakas fuient en Inde, au Malva et au Goudjerat.

    Les autres Scythes seront intégrés aux côtés des Yue-Tche au sein d'un vaste empire : le Kouei-chouang en chinois ou le Kusàna en indien. Cet empire Kouchan, aurait été créé sous l'impulsion du clan Tokharien dominant des Yue-Tche. Son premier souverain, un Yagbu (chef) Kouchan, Kadphises Ier, mettra fin, au Ier siècle de notre ère au royaume Indo-Parthe de Suren, et bâtira un empire qui durera près d'un siècle.

    Les Yue-Tche étaient maître des steppes, de la Bactriane et de la Sogdiane, mais le Parthe Mithridate II leur interdisait toute expansion vers l'ouest. En se sédentarisant pendant plusieurs décennies sur des territoires depuis longtemps hellénisés, ces nomades acquirent les bases qui leurs permirent par la suite de fonder un vaste empire et d'assimiler trois cultures majeures : les civilisations grecque, iranienne et indienne. C'est ainsi qu'ils battirent monnaie, apprirent à lire et à écrire, et adoptèrent un calendrier plus complexe que celui des steppes.

    A la suite des Sakas, les Kouchans, à la tête des Tokhares et peut-être de Scythes et d'Alains, quittent la Bactriane et envahissent le Gandhara et l'Hindou-Kouch après avoir défait les Indo-Parthes, vers 25-30 de notre ère. Le premier souverain Kouchan, Kujula Kadphisès, ayant abandonné son titre de Yagbu, chasse Hermaios, roi gréco-bactrien régnant sur l'Hindou-Kouch et s'installe dans le Gandhara où il établit sa capitale à Taxila. Son royaume s'étend alors jusqu'à l'Indus. C'est sous le règne de son fils Vima Kadphisès que l'empire Kouchan connut une forte expansion qui repoussa ses frontières au nord, jusqu'aux monts Hissar, à l'ouest jusqu'à la Drangiane et au sud-est jusqu'à la vallée du Gange, où il s'empare des territoires occupés alors par les Sakas. Une fois les conquêtes territoriales achevées, les Kouchans assimilèrent l'éclectisme religieux et culturel des civilisations grecque, iranienne et indienne et surent développer le commerce, notamment par les pistes caravanières. C'est aussi sous les souverains Kouchans que l'irrigation se développa en Bactriane.

    Le fils de Vima Kadphisès, Kanichka, fut le plus grand des souverains Kouchans. Il mena notamment une réforme administrative et, sous son règne, se créa un alphabet bactrien, dérivé de l'alphabet grec, pour transcrire une langue de type iranien. La langue de l'empire restera d'ailleurs un parler indo-européen d'Asie centrale, proche du khotonais. Enfin, c'est lui qui est à l'origine de l'ère Kanichka. Il gouvernera 24 ans depuis Peshàwar et Begràm, ses capitales d'hivers et d'été, et se convertira au bouddhisme. L'empire Kouchan, sous son règne, connaîtra sa plus grande expansion mais il périra de la main d'un de ses lieutenants, fatigué de ces campagnes incessantes, lors d'une expédition dans le nord.

    Vasudeva, dernier grand souverain Kouchan, sera défait par les perses Sassanides qui pénétrent jusqu'en Inde. La Bactriane devient alors un protectorat sassanide, le « Kushansha ». Situé au carrefour des voies commerciales et des idées, l'empire Kouchan joue un rôle important entre l'empire romain, l'empire chinois et les parthes. Sa culture, mêlant traditions iraniennes, bactriennes, helléniques et indiennes, favorisera la diffusion du boudhisme en Asie centrale et en Chine.

    A la fin du IVeme siècle, une nouvelle vague Yue-Tche venue d'Asie centrale, menée par Kidara, détrône les derniers petits souverains Kouchans de l'Hindou-Kouch et de Bactriane. Les derniers Kidarites tomberont à leur tour sous les coups des Huns Hephtalites dans la deuxième moitié du Veme siècle de notre ère.

    © Stéphane Thion, 2018

    MARQUES DE FIGURINES 15mm

    Il existe peu de références spécifiquement « kouchanes » dans les gammes actuelles. Mais il est possible d’utiliser les références scythes (pour les Yue-Tche et Tokhariens), ou parthes (pour les Kouchans plus tardifs). Pour les vassaux indiens, prendre les références indiens classiques.

    MARQUES DE FIGURINES 28mm

    DOCUMENTATION

    L’Empire des Steppes, de René Grousset, Bibliothèque Historique Payot